Une nouvelle Une choc pour Charlie Hebdo suite à l’attaque de Paris !

Si une chose est bien certaine, c’est que Charlie Hebdo n’a pas peur des menaces et compte bien le démontrer à travers sa Une choquante « Tout ça pour ça ».

Charlie Hebdo fête ses 50 ans autrement

La toute dernière Une de Charlie Hebdo n’est pas passée inaperçue. Tout comme toutes ses Unes d’ailleurs, qui sont aussi extravagantes les unes que les autres.  « Tout ça pour ça » le dernier numéro du magazine démontre que Charlie Hebdo ne craint rien ni personne et continue d’exister, car la vie continue. Trois vignettes, comme un strippe de BD et faisant l’impasse sur l’attentat de 2015, comme s’il ne s’était rien passé.

Alors que Charlie Hebdo fête ses 50 ans d’existence, il décide d’évoquer à nouveau dans sa nouvelle Une l’attentat devant leurs anciens locaux. Toutefois, il s’agit d’une mise en abyme. Plus choquante et plus fidèle à elle-même que jamais, cette Une reprend les caricatures danoises de Mahomet. Toutefois, c’est comme si cette fois le journal republiait chacune des pages internes du Charlie Hebdo en une sorte de drôle de triptyque. Comme si le dessinateur souhaitait mettre l’accent sur chacune des différentes émotions du personnage. Un résultat bluffant à ne rater sous aucun prétexte !

L’on peut dire qu’il s’agit ici d’une La Une commémorative. Cela va toutefois parfaitement bien avec l’aspect étrangement tautologique du journal. C’est un peu comme si le journal venait de s’initier à l’art de la mosaïque et qu’il se servait d’un puzzle de toutes ses anciennes Unes pour former sa toute nouvelle Une. Sauf que l’on ne retrouve que 3 vignettes sur la couverture de cette presse magazine. C’est donc plus ressemblant à une bande dessinée, dont le titre aurait été inspiré par le héros désabusé des Peanuts : Charlie Brown.

Charlie Hebdo reconstitue l’attentat de 2015 comme étant la chute

La nouvelle Une de Charlie Hebdo pour ses 50 ans représente des sortes de vignettes de BD avec une case manquante en guise de chute. Cette chute n’est pas difficile à reconstituer pour les lecteurs du journal : il s’agit de l’attentat de 2015. « Tout ça pour ça » est un peu une commémoration, comme si le journal était resté prisonnier à ce jour de l’attentat.

Sur le gâteau d’anniversaire des 50 ans de Charlie Hebdo ne figure pas la traditionnelle bougie, mais un hachoir, une représentation symétrique d’un massacre. Le journal fait ainsi référence à l’attaque qui était survenue devant ses anciens locaux, lorsqu’un homme avait grièvement blessé deux journalistes de la société de production Premières Lignes, en se servant d’un hachoir. Cette attaque était destinée aux journalistes de Charlie Hebdo, mais l’homme s’était trompé de cible. Ce fut la publication et republication des caricatures de Mahomet qui a énervé le jeune Pakistanais de 25 ans.

La couverture de la Une de Charlie Hebdo présente un homme cagoulé derrière un gâteau d’anniversaire avec un hachoir planté dedans. L’homme encagoulé affirme être venu pour couper le gâteau. Ce numéro du journal se veut révélateur et revient sur un demi-siècle de liberté d’expression. La Une est saisissante du fait que le lecteur se sent directement happé par l’énigme visuelle proposée par l’image. En effet, le spectateur dispose d’une place à l’extérieur de l’image, toutefois une mise en abîme le fait basculer directement dans le journal.

Cette Une de Charlie Hebdo défend le droit de publier des images et révèle un message principal qui consiste à démontrer que le journal n’a pas peur. La force des illustrations semble problématique, mais prend pourtant tout son sens et c’est justement de cette énigme visuelle que provient tout l’intérêt. Charlie Hebdo sacralise les images tout comme le courage qui en découle, bien plus que la force de l’impact d’une bonne rédaction.


Andrea Faure

Andrea Faure

Rédactrice web depuis 10, je vis pleinement ma passion en travaillant pour plusieurs médias. Je suis également une grande passionnée de voyages, je n'hésite donc pas à partir à l'aventure dans des pays lointains dès que j'en ai l'occasion !